Famille Bonneval-Les grands personnages

This post is also available in: Anglais

‘… Des Cars richesse, Bonneval noblesse.’

La famille Bonneval est l’une des maisons aristocratiques les plus anciennes de France, son origine est attestée dans le Limousin dès le 11ème siècle. Pendant longtemps elle a été considérée comme l’une des familles les plus prestigieuses et honorables, donnant naissance à l’adage cité dans le titre.

Au fil de son histoire des membres de la famille Bonneval a contracté de nombreuses alliances avec d’autres familles prestigieuses. Antoine de Bonneval a épousé en 1471 Marguerite de Foix et c’est ainsi que la famille a été considérée comme « Cousins du Roi ».

Le blason et la devise des Bonneval

Blason Bonneval

Le Blason de la famille est décrit ainsi en termes héraldiques :

D’azur à un lion d’or armé et lampassé de gueules

Ce qui peut se traduire en français courant : « sur fond bleu brillant, avec un lion d’or montrant des crocs et griffes agressifs et une langue rouge vif ». C’est ce que l’on voit habituellement, surmonté de la couronne indiquant le rang de la famille Bonneval, qui était celui de marquis. On lit aussi les lettres S.P.Q.R., le tout est entouré de l’ancienne devise de la famille

‘Victorios A Tots Lous Azars’

Création du marquisat

La famille de Bonneval et leurs propriétés en Limousin furent élevées formellement au rang de Marquisat, d’où le titre de Marquis en 1655.

Personnalités connues

Le Chevalier Gerault de Bonneval (XIème siècle). Bâtisseur du premier château et fondateur de la Maison Noble de Bonneval.

Guillaume de Bonneval (XIIème siècle). Commandant de l’armée de Louis VII durant la Seconde Croisade de 1145 à 1149.

Bernard de Bonneval (XIVème siècle). Evêque de Limoges de 1391 à1403.

Antoine de Bonneval  (1433-1505) et Marguerite de Foix (1450-1508) – Une grande histoire d’amour

En 1470 Antoine devint Premier Chambellan de Gaston IV, roi de Navarre. Il continua à servir la monarchie en tenant les rôles de conseiller et chambellan des rois de France Louis XI, Charles VIII et Louis XII, en échange de quoi il reçut les titres de Sénéchal et Gouverneur du Bas et Haut Limousin. En 1471 Antoine épousa dans l’église de Coussac-Bonneval la cousine du jeune Gaston de Foix, Marguerite. Ce fut un couple réussi et populaire. La haute considération dans laquelle on les tenait se manifesta dans le degré de chagrin et de deuil lors de leur décès. Quand Antoine et Marguerite furent enterrés les murs intérieurs de l’église furent peints en noir. Des restes de ce décor où figurent les lions Bonneval sont encore visibles dans l’église de Coussac-Bonneval à côté des tombes d’Antoine et Marguerite.

Gaston de Foix

Gaston de Foix, Duc de Nemours (1489-1512). Le Foudre d’Italie.

Lié à la famille Bonneval par le mariage de sa cousine Marguerite, il était aussi ami et camarade de guerre d’Antoine et ses fils Germain et Jean. Commandant militaire français, neveu de Louis XII, il fut tué à la bataille de Ravenne (11 avril 1512) à l’âge de 23 ans. Mais il avait déjà reçu son surnom redoutable grâce à la campagne brillante et couronnée de succès qu’il mena en 1511 et 1512 contre l’armée espagnole du pape Jules II commandée par le Vice-roi de Naples dans la Guerre de la Ligue de Cambrai.

Germain de Bonneval

Germain de Bonneval (1468-1525)

Fils d’Antoine et Marguerite, il devint commandant militaire au service de Louis XII pour protéger les intérêts de la France dans l’Italie du Nord et les Duchés de Naples et Milan. Il se distingua tout particulièrement à la bataille de Fornovo en 1495 auprès de Charles VIII. Il a servit comme chevalier de la garde personnelle du roi François Premier et fut tué à la bataille de Pavie (1525), en protégeant son roi.
Après le coup fatal François descendit de cheval pour saluer en personne avec son épée le corps de Germain à terre.

Foucault de Bonneval

Foucault de Bonneval (XVIème siècle). Fils d’Antoine et Marguerite de Bonneval, il fût nommé évêque de Limoges, Soissons, Bazas et Périgueux  au XVIème siècle.

Gabriel de Bonneval (1520-1590). Commandant dans l’armée huguenote et maître à penser du jeune Henri IV à la bataille de La Roche L’Abeille. L’issue fût une victoire pour les forces huguenotes.

Claude Alexandre de Bonneval – Le Pacha

Bonneval Pacha – Une vie digne d’un film hollywoodien !

Claude-Alexandre de Bonneval (1675-1747), Comte de Bonneval, débuta à 10 ans, comme matelot, sa longue et presque incroyable carrière militaire au service du roi Louis XIV.  Il servit honorablement dans la marine française sous le commandement de Anne Hilarion de Costentin, Comte de Tourville. Ce commandant représentait le fléau des armées britanniques et hollandaises durant la Guerre de Grande Alliance (1688-1697), connue également sous le nom de Guerre de Neuf Ans.

Claude-Alexandre rejoignit ensuite l’armée française et servit avec succès comme commandant sous les ordres du Maréchal Nicholas Catinat, obtenant le grade de colonel à l’âge de 26 ans. Il fut cependant obligé de fuir ou de risquer d’être emprisonné après une dispute avec Michel Chamillart, le Ministre de la Guerre, et une insulte faite en public à Madame de Maintenon, maîtresse de Louis XIV.

Quand il rejoignit la Cour Royale à Vienne, le Prince Eugène lui confia un régiment de l’armée autrichienne et le fit Maréchal de cette armée. Malheureusement il fit l’erreur d’écrire des poèmes licencieux à la Comtesse de Bathiany, maîtresse du Prince Eugène, et il eut aussi des problèmes avec l’épouse de l’Ambassadeur de France, ce qui le conduisit à la Cour Martiale. Une fois encore il choisit la fuite plutôt que l’emprisonnement. En 1730 il s’enfuit en Turquie et offrit à l’Empire Ottoman son savoir-faire militaire.
En Turquie Claude-Alexandre reforma l’armée ottomane, surtout l’artillerie, devenant commandant en chef. Il se battit à nouveau contre l’Empire Austro-hongrois et reçut le titre militaire le plus important, celui de Pacha à Trois Queues (équivalent d’un général à trois étoiles).

Il avait épousé Judith-Charlotte, Comtesse de Bonneval, née De Gontaut Biron, en 1717 ; elle mourut tristement en 1741. On dit qu’à cause de sa carrière militaire et de ses indiscrétions politiques, ils n’eurent que 17 jours de vie commune. Il n’est pas étonnant que Claude-Alexandre n’ait pas eu d’enfants.

Judith-Charlotte de Gontaut Biron

Durant son séjour à la Cour Ottomane il se convertit à l’Islam et prit le nom de « Humbaraci Ahmed Pasha ». Parallèlement à ses prouesses militaires, il avait la réputation d’être un mystique.

Il espéra toujours revenir en France, afin, comme il le disait, « de mêler mes os à ceux de mes ancêtres ». Cependant après sa mort les autorités ottomanes n’autorisèrent pas que sa famille rapatrie son corps. La famille Bonneval a essayé à plusieurs reprises de faire revenir sa dépouille en France, les gouvernements turcs successifs ont toujours refusé, alléguant qu’il est toujours vénéré comme un héros chez eux. Son tombeau est à Istanbul, face à la Mer du Bosphore.

De l’esclavage à la noblesse

Deux des femmes ayant joué un rôle particulièrement important dans l’histoire de la famille Bonneval. Elles sont Mademoiselle Charlotte Elizabeth Aïssé (1694-1733) et sa fille Célinie Le Blond. Leurs deux portraits se trouvent dans les salons du château.

Aïssé était une esclave circassienne, achetée à l’âge de 4 ans sur un marché aux esclaves par l’ambassadeur de France à Constantinople. Après son arrivée en France, elle fût élevée dans la plus haute société parisienne sous la Régence. Elle devint une femme de lettres célèbre et accomplie, une personnalité très populaire dans les salons, et même une favorite de Philippe II, Duc d’Orléans (1674-1723).

Célinie Le Blond

Elle eut une fille avec le Chevalier d’Aydie ; Célinie Le Blond qui épousa Pierre Jaubert, Vicomte de Nanthiat. Leur fille, la petite-fille d’Aïssé, Marie-Denise de Nanthiat, épousa André de Bonneval en 1760.

André de Bonneval (1720-1796). Marquis de Bonneval qui épousa Marie-Denise de Nanthiat, petite-fille de Charlotte Aïssé.

Gabriel André II de Bonneval (1779-1839). Marquis de Bonneval – il vécu la Révolution Française (1789-1799) et particulièrement le Règne de la Terreur (1793-1794).

Philippe-Armand de Bonneval

Philippe-Armand de Bonneval (1773-1852). Maire de Bourges et président du Conseil Général du Cher. Pair de France.

Hippolyte de Bonneval

Hippolyte de Bonneval – Boulets de canons et assiettes à soupe.

Comme nombre de ses ancêtres, Hippolyte de Bonneval (1786-1873) eu une carrière militaire couronnée de succès. Après sa retraite, héritant de son cousin en 1816 le titre de Marquis et les propriétés de Bonneval, il s’intéressa fort à l’industrie de la céramique. A son époque l’extraction du kaolin, à 6 Kms de là, à Marcognac, ainsi que la fabrication de porcelaine à Saint Yrieix la Perche étaient en plein essor. Il construit une manufacture de porcelaine à Coussac-Bonneval, centre florissant du commerce et de production de porcelaine de haute qualité. Il a restauré et énormément embelli le château durant les 57 ans qu’il a consacrés au domaine.

 On peut encore voir les bâtiments de la Fabrique d’Hippolyte à l’extérieur du village, sur le côté droit de la route, en direction de La Marche, Meuzac et Lubersac.

Bertrand-Henri de Bonneval

Bertrand-Henri de Bonneval (1806-1882). Un des premiers médecins homéopathes en France, agronome et philanthrope.

Timoleon de Bonneval

Timoléon de Bonneval (1845-1939) Après la fin de sa carrière militaire à l’issue de laquelle on lui décerna la Légion d’Honneur. Il est l’arrière grand-père de l’actuel Marquis de Bonneval.

Gaston de Bonneval (1911-1998). Aide de camp du Général de Gaulle.

FacebookTwitterGoogle Plus