Famille Bonneval -Mythes et légendes

This post is also available in: Anglais

La Tour du Diable

La Légende de la Tour du Diable

La Tour du Diable remonte au 13ème siècle ; elle est l’objet d’une légende où l’on trouve un propriétaire absent, la châtelaine du château et sa jolie fille, le diable et un tremblement de terre !

En 1227, Messire Roger de Bonneval s’en alla guerroyer contre les troupes de la régente Blanche de Castille. Un tremblement de terre ayant démoli en grande partie cette tour, la châtelaine Anne de Lestrange, dame de Bonneval, se lamentait devant la brèche ouverte en compagnie de la gente Aliénor, sa fille, lorsqu’un élégant visiteur vint se présenter à elle.« Je suis le sire de la Côte Brûlée, noble dame », déclara-t-il. « Je voyage pour mon plaisir. Me sera-t-il permis de réclamer votre hospitalité pour une nuit seulement? »La réception de dame Anne fut des plus cordiales. Le lendemain, le sire de la Côte Brûlée vint trouver la châtelaine et lui dit: « Noble dame, je n’ai pu voir la beauté de votre fille Aliénor sans en être charmé. Voulez-vous me faire le grand honneur de m’octroyer sa main? En retour, je vous promets de relever la tour en une nuit car j’ai étudié l’art magique et le grand art ».
« Je n’ai pas le choix, Messire, aussi j’accepte », répliqua la châtelaine.
Lorsque le jour parut, la tour était reconstruite au goût de l’époque. « Vous avez méritez votre récompense Messire », dit Dame Anne, « je vous donne ma fille ».
« Ma mère », intervint alors Aliénor, « permettez qu’avant la cérémonie, notre bon curé vienne bénir la tour ».
Le chevalier fronça les sourcils mais s’inclina… Le saint homme bénit la tour et, ayant rencontré le sire de la Côte Brûlée, d’un geste large, il l’aspergea d’eau bénite.Celui-ci poussa un rugissement de rage et disparut pour faire place à Satan qui donna un grand coup de pied à la tour et s’enfonça sous terre en vomissant des flammes et des blasphèmes.
La Tour du Diable porte encore de nos jours les traces de la fureur de son constructeur : elle est lézardée.

La Terrasse des Lions

La Légende de la Terrasse des Lions

L’origine du lion comme emblème de la famille de Bonneval forme un contraste frappant avec la sérénité observée sur la Terrasse des Lions depuis le 18ème siècle.
En l’an de grâce 1147, Guillaume de Bonneval, pour ses violences, encourut l’excommunication majeure. Pour être relevé de cette peine, il se « croisa ». Ses armes d’ailleurs figurent dans la Salle des croisades de Versailles.
Deux ans il se battit, en Bonneval, entre Louis VII et Conrad III, puis il revint à son château. Il se hâta d’informer l’évêque de son retour afin que Monseigneur lui fasse connaître à quelle date il viendrait le relever aux yeux de ses vassaux. Un dimanche d’août, les cloches carillonnèrent à toute volée. Sur le chemin qui venait de Limoges, on vit une longue cavalcade de gens de robe, l’évêque, un protonotaire apostolique, des prêtres, des moines. Au château, les seigneurs limousins entouraient le pénitent dont l’œil s’éclairait de joie et de malice.
La cérémonie se déroula devant une foule considérable, un repas plantureux s’ensuivit. Enfin, Monseigneur l’évêque du Limousin donna le signal de la retraite en quittant la table.
Le comte de Bonneval le suivit et lui tint l’étrier: « Monseigneur », lui dit-il, « grande est ma joie d’avoir pu offrir l’hospitalité à un prince de l’église sous le toit de mes ancêtres. Aussi, pour vous donner une preuve mémorable du plaisir que vous me faites en venant céans, je veux vous offrir, pour vous escorter, telle suite que jamais prince, tant de la chrétienté que des infidèles, n’en eut sous ses ordres. »
Il dit alors quelques mots en une langue méconnue. Et les mécréants qu’il avait ramenés d’Orient firent avancer sur la terrasse une lourde machine de bois d’où bondirent deux énormes lions, la tête haute, la queue battant les flancs.

Prêtres, moines et moinillons se jetèrent vers l’évêque comme poussins vers leur mère. Le saint homme faillit être désarçonné. Le comte de Bonneval et ses invités riaient de cette panique, lorsque le prélat se haussa sur l’étrier, et la dextre étendue, prononça en latin une formule d’exorcisme. Les fauves se couchèrent au bord de la douve et s’endormirent. Ils y sont encore. Les anciens racontent que, le soir de la Saint-Jean, ils s’éveillent et rugissent.

Plus prosaïquement la date de l’histoire correspond à l’adoption par la famille Bonneval du lion d’or à langue rouge et griffes, sur fond bleu azur, comme armoiries familiales.

FacebookTwitterGoogle Plus